Navigation
#RestezChezVous

Bruno Guimarães, la technique au service de l'intelligence

Le 29.01.2020 par MA_OL23

Invaincu depuis 8 matchs, qualifié pour la finale de la Coupe de la Ligue, l'Olympique lyonnais commence bien l'année. Et le recrutement du très courtisé Bruno Guimarães va dans ce sens. Joueur de collectif par excellence, le milieu brésilien pourrait bien gommer certaines lacunes de l'entrejeu lyonnais. Explications.

« Une image vaut mille mots », dit-on. En s’attachant les services du jeune Brésilien Bruno Guimarães (22 ans) contre 25 millions d’euros, Juninho, plutôt discret depuis son retour au club, semble incarner cet adage. Cette « image », outre celle d’un directeur sportif téméraire, capable de faire face à la concurrence d’Arsenal et de l’Atletico Madrid, est l’illustration d’une idée. L’illustration du profil de joueur qui plaît à Juni’, et de sa clairvoyance quant aux besoins de son club. En effet, Bruno Guimarães n’est pas de ces joueurs qui remontent tout le terrain balle au pied, comme pouvait parfois le faire Tanguy Ndombélé. Ce n’est pas non plus un « destructeur » comme pouvait parfois l’être Lucas Tousart, ni même un joueur particulièrement « percutant » à la manière d’un Jeff Reine-Adélaïde. S’il est capable, par séquences, d’effacer un adversaire ou de se projeter, le Brésilien est avant tout un pur maestro, résolument moderne, donc reculé. Il fait partie du cercle fermé des joueurs qui font qu’un collectif est ce qu’il est. Dans une équipe qui peine à se trouver une identité, l’idée ne manque pas de bon sens, convenons-en. Alors concrètement, que peut apporter la nouvelle recrue lyonnaise aux hommes de Rudi Garcia ?

Dis-moi ce que tu fais sans le ballon, je te dirai quel joueur tu es

« Lorsque vous disputez un match, il est statistiquement prouvé qu'un joueur a le ballon trois minutes en moyenne. Donc, le plus important c'est ce que vous faites les 87 minutes pendant lesquelles vous n'avez pas le ballon. C'est ce qui détermine si vous êtes un bon joueur ou pas. » La citation est de Johan Cruyff. Ça tombe bien, Bruno Guimarães brille particulièrement quand il n’a pas le cuir dans les pieds. Une denrée si rare à l’OL, que même le mot apathie semble perdre sa valeur devant la morosité du collectif rhodanien. Examinons de plus près les qualités de la nouvelle recrue lyonnaise.

Être alerte en permanence – Quand un de ses partenaires a le ballon, Guimarães examine sans cesse la situation de jeu dans laquelle il se trouve. En scannant le terrain plusieurs fois par seconde, le Brésilien s’assure d’être toujours bien placé, mais aussi, d’avoir un temps d’avance sur ses adversaires quand il reçoit la balle. 

Placement

Cette prise d’information continue en fait une solution de choix pour les circuits de sortie de balle des Lyonnais. Jason Denayer, souvent en recherche de verticalité, n’aura aucune difficulté à le trouver entre les lignes. Souvent placé entre les attaquants et les milieux adverses, Guimarães n’est pas du genre à décrocher si le jeu ne le demande pas, et donc, à proposer une solution inutile. Il s’avère ainsi un excellent remède au jeu parfois stéréotypé des hommes de Rudi Garcia à la relance. 

Du mouvement sans ballon – Bruno Guimarães ne se contente pas d’être (excellent) pour fluidifier le jeu. Après avoir transmis le ballon, il se met aussitôt en mouvement pour proposer de nouveau une solution. Le genre de joueur qui donne de la continuité aux actions. Avec Houssem Aouar ou Maxence Caqueret, l’Olympique Lyonnais a déjà de très bons passeurs à sa disposition, mais aucun capable d’apporter autant de liant que le natif de Rio de Janeiro. Et pourtant, c’est exactement ce qu’il faut pour déplacer des blocs bas, ce que l’OL a tant de mal à faire ces dernières années. C’est simple, si l’on ne se déplace pas, l’adversaire ne se déplace pas non plus. « Une image vaut mille mots », voyez plutôt, pêle-mêle. 

Mobilité et prise d’information donc. Si l’on devait donner deux caractéristiques d’un bon meneur de jeu en retrait sans ballon, ce serait celles-ci. Bruno Guimarães les a en boutique, il ne lui reste plus qu’à les vendre généreusement sur les pelouses de Ligue 1.

Acteur du match, pas spectateur

Avec le ballon, Bruno Guimarães n’est pas moins intéressant. Pour ne pas être taxé d’acharnement, je ne citerai pas de noms. Mais ses choix, ses prises de balles, ses passes, et son utilisation du ballon en général, risquent de faire un petit électrochoc à certains joueurs évoluant actuellement à son poste entre Rhône et Saône. Et ici encore, un Juninho lucide l’avait remarqué et noté dès sa première prise de parole cet été. C’est d’ailleurs le seul au club à avoir annoncé que la relance manquait d’un profil comme celui de Guimarães. 

Keep calm - Venons-en aux faits. Quand l’international brésilien U23 reçoit le ballon, il ne se précipite jamais. Sans s’affoler, même en l’absence de solution, il prend le temps de temporiser pour que ses partenaires aient le temps de s’organiser. Parfois, il va lui-même fixer un adversaire pour libérer un coéquipier. Sinon, il fait vivre le ballon, le transmet simplement et rapidement à un partenaire à proximité. Sa patience impressionne, il sait que la construction d’une action peut prendre du temps. Jamais il n’en fait trop, jamais il ne tente une passe trop compliquée, il n’accélère le jeu que si celui-ci le lui demande, il tient par la main le tempo du match. 

Et si ça paraît simple, c’est déjà une petite révolution à l’Olympique Lyonnais. Les supporteurs rhodaniens en sont témoins, il est fréquent de voir un joueur de l’OL en faire trop, tenter le diable quand le jeu appelle le calme, ou au contraire, ne pas en faire assez et se contenter de remettre derrière. 

Bruno Guimarães lui, tente toujours de jouer de l’avant, trouvant parfois des angles de passes assez surprenants. Sinon, il s’arrange pour créer les conditions pour que ses partenaires trouvent un offensif, que ce soit par un déplacement, ou une passe courte, mais intelligente. Sa technique est sans cesse mise au service de ce que demande le jeu. Trouver ses meilleurs joueurs avec de l’espace plus haut sur le terrain est indispensable pour faire des différences. Avec Guimarães, les Memphis Depay, Houssem Aouar ou même Rayan Cherki vont être servis. 

Talent pur – Ses grandes qualités de passeurs sont connues, je ne vais pas m’épiloguer dessus. Il convient simplement de préciser la qualité de son jeu long, au sol comme dans les airs. Une arme redoutable quelle que soit la phase de jeu. Sa précision est redoutable, et il sera sans doute précieux dans le lancement des contre-attaques. Les joueurs qui aiment prendre la profondeur, comme Moussa Dembélé ou Maxwel Cornet vont être servis. Même sur attaque placée, il est parfois capable de fendre un bloc en une passe, et de débloquer ainsi une situation à lui tout seul. Mais il faut garder en tête qu’il ne le fait que lorsque le jeu le demande. 

Offensivement donc, Bruno Guimarães possède toutes les qualités pour s’imposer à l’Olympique lyonnais. Il faut tout de même préciser que ce n’est pas un récupérateur. Il est présent dans le bloc défensif, suit ses adversaires, mais ne gratte que peu de ballons. À charge de Rudi Garcia de trouver une parade à ce manque. Pourquoi pas en organisant un pressing collectif ? 

Quoi qu’il en soit, les mots du directeur sportif de l’ancien club de Guimarães, Athletico Paranaense, sont justes : l’OL a trouvé un diamant, il ne reste plus qu’à le polir. 

À propos de l'auteur

Cet article a été rédigé par MA_OL23, membre du Café du Commerce OL.