Navigation

Jason Denayer, le prince de la défense

Le 13.05.2019 par NSOL31

Cela serait se voiler la face que de considérer la saison de l'OL comme réussie. Encore plus compte tenu des performances défensives inquiétantes des lyonnais, surtout sur l'année civile 2019. Pourtant, un défenseur sort du lot et a sauvé les gones plusieurs fois cette saison. Jason Denayer, prince de la défense.

Une arrivée controversée

L'arrivée de Jason Denayer à Lyon ne se fait pas dans le plus grand calme. Lorsque l'annonce de sa signature est officialisée, les supporters lyonnais sont en effet très mitigés. D'abord par l'aspect « réchauffé » de la piste : le belge avait en effet été pisté par l'équipe de Florian Maurice il y a deux saisons, mais aussi par l'Olympique de Marseille à la même époque. Mais aussi par le parcours en dents de scie du diable rouge : très bon lors de sa première saison en professionnel sous le maillot du Celtic Glasgow, il avait ensuite confirmé à Galatasaray en Turquie, avant de passer un an dans la défense très friable des Black Cats de Sunderland. Reparti à Istanbul, il n'était pas parvenu à se faire une place dans la sélection belge pour la Coupe du Monde. Ce qui inquiétait aussi à l'époque, c'est le fait qu'il n'ait jamais disputé le moindre match avec Manchester City.

Pourtant, le moins que l'on puisse dire, c'est que Jason Denayer n'a jamais caché son attirance pour le maillot floqué du lion. Un an avant son arrivée, il critiquait déjà la direction des citizens qui souhaitait le prêter au CD Girona alors qu'il préférait partir à l'Olympique Lyonnais. Son arrivée n'était donc pas, un an plus tard, un simple choix de carrière opportuniste. Et dans le monde du football-business où les joueurs changent de club préféré comme de paires de chaussettes, clamer son appétence pour un club dans lequel on ne joue pas encore et assumer ce choix 365 jours plus tard est un signe fort.

En imposer

Et très vite, Jason Denayer a fait taire les doutes. Installé dans l'axe de la défense aux côtés de Marcelo, Jason Denayer est devenu le patron de l'axe lyonnais en quelques semaines à peine. Grâce à sa vitesse mais aussi à sa lecture du jeu, le joueur formé à Manchester City parvient à compenser les errements de son compère brésilien. Mieux : intelligent dans ses placements, il se montre à l'aise des deux côtés de l'axe central : aligné à quelques reprises en défenseur central droit aux côtés de Jérémy Morel ou Fernando Marçal, il a démontré les mêmes qualités que lorsqu'il évolue axe gauche.

C'est également ses qualités qui ont permis, pendant quelques semaines au moins, de faire de l'axe à trois une réelle alternative dans les choix tactiques de l'OL. En effet, pendant que l'OL se cherchait un dispositif tactique cohérent, Jason Denayer livrait des prestations de haut vol. Parfois en axial central - lorsqu'Oumar Solet et Fernando Marçal l'accompagnait, comme face à Toulouse par exemple -, parfois aussi en axial droit - quand la défense était constituée de Denayer, Marcelo et Marçal -, Jason Denayer est donc un défenseur très complet qui n'a pas mis très longtemps à devenir l'homme fort de la défense lyonnaise.

Nommé dans la sélection des meilleurs joueurs de Ligue 1 au vu de la constitution de l'équipe-type, Jason Denayer a su, en quelques mois à peine, faire taire les critiques et s'imposer comme un des défenseurs les plus fiables du championnat.

Des qualités rares

Mais surtout, l'arrivée de Jason Denayer et sa première saison lyonnaise ont été pleines de nouveautés. D'abord, un défenseur central rapide. En effet, quelques exceptions mises à part, la tradition lyonnaise des défenseurs centraux fait la part belle aux joueurs un peu lents sur leurs appuis. Sans leur manquer de respect, Cris ou Caçapa n'étaient pas les plus rapides de l'effectif. Plus récemment, Bakary Koné, Dejan Lovren, Pape Diakhaté, Patrick Müller et aujourd'hui Marcelo ne sont pas reconnus pour leur vitesse. Bref : avoir Jason Denayer dans l'effectif est, dans ce sens, une véritable révolution sur le plan tactique. En effet, avoir des défenseurs centraux rapide est une aubaine lorsque l'on souhaite alternativement posséder le ballon dans la moitié de terrain adverse et opérer en contre-attaques lorsque l'adversaire est en phase offensive. Logiquement, cela réduit les chances de se faire prendre en contre-attaque, une des plus grandes faiblesses des lyonnais sur les dix dernières années.

Ce qui a définitivement fait taire les critiques et monter les louanges, c'est l'habileté de Jason Denayer et sa force mentale. Certes, ces dernières semaines le belge a réalisé quelques petites erreurs. Mais sur l'intégralité de la saison, il est très satisfaisant. Surtout, ses erreurs ne sont pas des sautes de concentration mais plus de simples ratés. Une qualité essentielle lorsque l'on évolue aux côtés de Marcelo dont les erreurs sont plus que courantes, et que son latéral - Ferland Mendy la plupart du temps - évolue très haut et manque énormément de discipline tactique. Pour ne rien gâcher, Jason Denayer, trois buts cette saison, fait montre de qualités offensives au-dessus de la moyenne, d'une très bonne relance et d'un jeu aérien de qualité.

Ainsi, la saison de Jason Denayer, surtout au vu de son prix d'achat, est une très grande réussite pour Florian Maurice et son équipe. Quel que soit l'entraîneur de Lyon la saison prochaine, il paraît essentiel de construire la stratégie défensive autour de Denayer et de capitaliser sur les bonnes performances du diable rouge en lui adjoignant un défenseur central d'un niveau équivalent ou supérieur au sien.

 

À propos de l'auteur

Cet article a été rédigé par NSOL31, membre du Café du Commerce OL.