Navigation

Toute l'Europe je traverserai #5 : class of ‘97

Le 25.11.2021 par owaiog

Cinquième match de poules pour l’OL en Ligue Europa et cinquième rendez-vous de la série « Toute l’Europe je traverserai » du Café du Commerce. Après avoir remporté le match aller 3-0 à domicile, les Gones se déplacent à Copenhague pour affronter Brøndby. Pour l’occasion, retour sur la dernière confrontation entre l’OL et un club danois : c’était en 1997, et c’était déjà face à Brøndby.

Contexte difficile

Nous sommes en 1997. L’Olympique Lyonnais est à cette époque loin d’être reconnu comme il l’est maintenant. Club de milieu de tableau, sans performances exceptionnelles malgré une place de dauphin derrière le FC Nantes en 1995, son palmarès se résume alors à trois Coupes de France, la dernière en date ayant été obtenue en 1973. Sous l’impulsion de Jean-Michel Aulas, arrivé dix ans plus tôt, le club lyonnais est remonté en première division et a retrouvé l’Europe, mais il court toujours derrière un titre.

Malgré une finale de Coupe de la Ligue disputée en 1996 face au FC Metz, l’OL termine onzième en championnat et se retrouve même au bord de la crise en octobre après une défaite 7-0 face à l’AJ Auxerre. Les supporters grondent, et l’entraîneur Guy Stephan est remplacé trois jours plus tard par Bernard Lacombe et José Broissart. Treizième après la défaite à l’Abbé-Deschamps, Lyon termine finalement huitième en 1996-97, ce qui lui permet de se qualifier pour la Coupe Intertoto.

Été européen

L’été 1997 voit donc Bernard Lacombe entamer sa première saison en tant qu’entraîneur principal par une compétition européenne au format singulier : la Coupe Intertoto. Disputée pendant l’été par des clubs non déjà qualifiés pour une Coupe d’Europe, le vainqueur se voit attribuer depuis 1995 et la reprise de l’organisation par l’UEFA une place en C3. Ou plutôt les trois vainqueurs, puisque la compétition comporte à ce moment là trois voies et couronne donc trois équipes.

Après une phase de groupe maîtrisée face à l’Odra Wodzisław, le MSK Zilina, l’Austria Vienne et le Rapid Bucarest, l’OL bat les Turcs d’Istanbulspor pour se hisser en finale. Disputée en deux manches elle aussi, la finale voit les hommes de Bernard Lacombe triompher de Montpellier et s’adjuger l’un des trois tickets européens, en compagnie du SC Bastia et de l’AJ Auxerre.

Après plusieurs mois difficiles, l’OL retrouve finalement l’ivresse des soirées européennes, en espérant faire aussi bien que la saison précédente où il avait éliminé la Lazio Rome en seizièmes de finale de Coupe de l’UEFA.

Doubles champions en titre

De son côté, Brøndby I.F. est en 1997 l’un des meilleurs clubs du Danemark. Déjà sept fois champions, dont les deux dernières fois en 1995 et 1996, les Bleus et Jaunes se sont également fait un nom sur la scène européenne en atteignant la demi-finale de la Coupe de l’UEFA en 1991. Les éditions 1995-96 et 1996-97 de cette même Coupe UEFA les verront éliminer notamment Liverpool grâce à une victoire 1-0 à Anfield, ainsi que le Karlsruher SC après un incroyable renversement de situation (victoire 5-0 après une défaite 3-1 lors du match aller).

Malgré l’émergence d’un important rival local en la personne du FC Copenhague, Brøndby reste à cet instant un fleuron du football danois. Quatre des Danois de la sélection championne d’Europe en 1992 jouaient d’ailleurs pour Brøndby : Kim Vilfort, John Jensen, Kim Christofte, ainsi que le gardien Mogens Krogh. A l’exception de Christofte, qui raccroche les crampons entre-temps, les trois autres seront alignés face à l’Olympique Lyonnais.

kim vilfort

Champion en 1997, Brøndby est alors qualifié pour le second tour qualificatif de la Ligue des Champions, équivalent des barrages actuels. Battu 4-3 en cumulé par le Dynamo Kiev, il sera finalement reversé en Coupe de l’UEFA. Avec un format différent à l’époque par rapport à l’actuelle Ligue Europa, sans phase de groupe, Brøndby reversé de la Ligue des Champions comme Lyon via l’Intertoto est qualifié directement pour le début de la compétition en 32e de finale.

Premier rendez-vous

Lorsque les deux équipes croisent le fer pour la première fois, le 16 septembre 1997, elles restent toutes deux sur un début de saison mitigé. L’OL n’a gagné que trois fois pour quatre défaites, quand Brøndby a gagné cinq fois mais a perdu trois fois.

Emmenés par le Gone de cœur Alain Caveglia, de retour à l’OL en 1996 et nommé capitaine par Bernard Lacombe au début de la saison 1997, les lyonnais déroulent à domicile. Formé au club, Frédéric Kanouté est le premier buteur, avant que David Linarès, Patrice Carteron puis Ludovic Giuly ne portent la marque à 4-1. Impuissants, les Danois s’en remettent à un penalty de Kim Daugaard pour exister et rentrer à 1-1 à la pause, mais ils ne peuvent finalement rien en seconde période face aux attaques de la jeune garde lyonnaise.

fanion et billet 97

Si le rapport de force pouvait sembler légèrement en faveur de Brøndby avant la rencontre, le scénario se révèle à sens unique. Cette lourde défaite fait mal aux Danois, qui s’inclinent à domicile face à Vejle et concèdent le nul contre l’Akademisk Boldklub lors des deux journées de championnat suivantes. Dans le même temps, Lyon poursuit son championnat sur fond d’irrégularité, en allant s’imposer à Auxerre avant de perdre à domicile contre Lens.

Frayeur et remontada

Avec une avance de trois buts, l’OL se rend donc à Copenhague le 30 septembre confiant sur ses chances de qualification. Mais Brøndby, peut-être mieux préparé, cueille à froid les coéquipiers du capitaine du soir Ludovic Giuly. Contrairement au match aller, l’entraîneur Ebbe Skovdahl dispose ses hommes en 3-5-2 et titularise son meilleur joueur Kim Vilfort au milieu de terrain.

Et dès la cinquième minute, Ebbe Sand trouve l’ouverture de la tête, sur un centre d’Ole Bjur. Le Brøndby Stadion explose. L’atmosphère est irrespirable. Cinq petites minutes plus tard, Patrice Carteron accroche Ebbe Sand dans la surface : penalty. La sentence est exécutée par Kim Daugaard, comme lors du match aller. En dix minutes, Brøndby mène 2-0. Les supporters exultent et poussent leur équipe comme un seul homme vers l’exploit.

Mais la tendance va rapidement s’inverser, lorsque l’arbitre accorde un penalty peu évident à l’OL sur sa première offensive. Ludovic Giuly transforme, et se sont bien les supporters lyonnais cette fois que l’on entend dans le stade. On joue la quatorzième minute, et ce fait de jeu permet aux hommes de Bernard Lacombe de se relancer après un début de match complètement raté.

En seconde période, les minutes passent et les chances de qualification de Brøndby s’éloignent au fur et à mesure, les Danois devant marquer au moins deux buts pour espérer une prolongation. C’est finalement l’entrée d’Alain Caveglia a la 76e qui va tout changer. Double passeur décisif, pour Joseph-Désiré Job d’abord, puis pour le jeune Cédric Bardon, le leader offensif de cette équipe lyonnaise douche les espoirs de Brøndby en l’espace de douze minutes.

Avec l’expulsion de Kim Vilfort dans la foulée de l’égalisation lyonnaise, la messe est dite pour les Bleus et Jaunes qui s’inclinent 3-2 et sortent de la compétition dès le premier tour.

Destins croisés

Cette défaite face à Lyon sera néanmoins -presque- la dernière de la saison pour Brøndby. A l’exception d’un revers sur la pelouse de l’Akademisk Boldklub lors de la 26e journée, les hommes d’Ebbe Skovdahl sont irrésistibles et ne perdent aucun de leurs 23 autres matches. Cette performance leur permet de s’assurer d’un troisième titre consécutif, avec treize points d’avance sur Silkeborg IF. Ils réaliseront également le doublé Championnat - Coupe du Danemark en battant 4-1 le FC Copenhague en finale.

L’Olympique Lyonnais sera lui moins bien loti, mais il terminera tout de même à la sixième place du championnat, en progression par rapport aux deux années précédentes. Cette position le qualifie ainsi directement pour la Coupe de l’UEFA, sans devoir passer par l’Intertoto comme en 1997. Du côté des coupes nationales, l’OL atteindra la demi-finale de la Coupe de France, tombant face au RC Lens, et sera éliminé par le Paris SG dès les seizièmes de finale en Coupe de la Ligue.

Ce succès sur Brøndby permettra en outre aux lyonnais d’affronter l’Inter Milan du brésilien Ronaldo au tour suivant, pour ce qui sera l’une des premières grandes performances du club sur la scène européenne. Malgré la défaite 3-1 à Gerland au retour, l’OL réalise en effet l’exploit d’aller s’imposer 2-1 à San Siro lors du match aller, une performance incroyable au vu des dynamiques de l’époque.

ol inter 97

Exactement 24 ans après le match remporté 3-2 au Danemark, l’OL s’est à nouveau imposé face à Brøndby, le 30 septembre 2021. Si les deux clubs ont connu des destins différents depuis leur dernière confrontation, la quatrième rencontre sera l’occasion pour l’OL de poursuivre sa série d’invincibilité face à Brøndby I.F. Avec, dans les têtes lyonnaises, le souvenir de ce match renversant un soir de septembre 1997, porté par Ludovic Giuly, Alain Caveglia, Cédric Bardon et autres Joseph-Désiré Job.

À propos de l'auteur

Cet article a été rédigé par owaiog, membre du Café du Commerce OL.